MesAmisCustom

Le site des amoureux des 2 roues qui n'ont pas un look ordinaire

MesAmisCustom

Le site des amoureux des 2 roues qui n'ont pas un look ordinaire


Une femme pilotant une moto ne passe pas inaperçue. Peut-être parce que depuis la fin du 19ème siècle, ce sont les hommes qui régissent l’industrie de la moto dans laquelle les femmes sont reléguées sur le siège arrière. Alors forcément, lorsque l’une d’entre elles se met à essorer la poignée, les têtes se tournent.

Heureusement, les choses changent petit à petit ! Mais rassurez-vous les poilus, vous n’allez pas vous retrouver dès demain sur le siège passager.

 

Cependant, des indicateurs annoncent l’introduction d’un peu de finesse dans un monde de brutes, comme l’apparition sur le web de blogueuses communiquant sur le thème de la moto, ou bien les équipementiers qui proposent des collections dédiées aux femmes, ou enfin des clubs et des évènements réservés aux femmes.

Mais c’est surtout le nombre croissant de féminines qui prennent le guidon d’un cyclomoteur, d’un scooter ou d’un gros cubes, qui témoigne de la féminisation de l’un des derniers bastions jusqu’ici réservé aux bad boys.

 

Pourtant les clichés délégitimant la place des femmes au guidon sont tenaces

Je cite :

- « Elle est trop petite.. elle trouvera pas toujours un trottoir pour s’arrêter.. »

- « Elle tourne tout droit.. c’est pour ça qu’elle a des pneus à flancs blancs.. »

- « Elle va nous retarder.. Elles sont déjà pas bonnes au volant, alors au guidon.. »

- « Heureusement, elle n’a qu’un 600.. »

- « Je roule pas derrière.. on est pas en sécurité.. »

- « C’est une motarde ! Elle a des tatouages ? Elle boit de la bière ? Elle est lesbienne ? ».

Je ne divulguerai pas les noms de mes compagnons de route à l’origine de ces douces ritournelles. Certains d’entre eux dépassent allègrement le quintal et l’instinct de préservation est puissant chez votre serviteur. Et puis force est de reconnaître que ces clichés sont aujourd’hui éculés.

 

Petit coup d’œil rétrospectif

Les premières statistiques publiées par le Service National des Examens du Permis de Conduire (SNEPC), en 1970, précisent que sur les 27 129 permis A délivrés dans l’hexagone, seulement 422 sont destinés à la gent féminine, soit 1,55 %.

Nous ne sommes donc à ce moment-là qu’au stade de l’effluve du parfum féminin.

N’en croyez pas un mot, mais en 1977 entre en scène Patrick Juvet. Vêtu d’un blouson de moto, il se demande où sont les femmes.

Appel entendu car, en 1980, sur les 73 731 permis A obtenus, 7 255 le sont par des femmes, soit 9,8 %, nous dit le site Passion Moto Sécurité (PMS), ce qui témoigne d’une sensible progression.

 

Les deux-roues en France

Cette progression est un constat fait sur le marché Français qui est le plus important d’Europe d’après l’Association des Constructeurs Européens de Motocycles (ACEM).

Notre beau pays, dans lequel le parc de deux-roues, toutes cylindrées et tous genres confondus, est légèrement supérieur à 4 millions d’unités, devance même l’Allemagne et l’Italie, pourtant grands constructeurs de deux-roues.

Le nombre de titulaires de l’un des permis A, quant à lui, est estimé entre 2,3 et 2,5 millions d’utilisateurs.

 

En 1990, sur les 93 348 permis A enregistrés, 8,9 % sont des femmes.

La proportion des féminines est à peu près stable, mais leur nombre augmente de plus d’un millier en 10 ans, soit 8 345 conductrices (source : PMS).

Une décennie plus tard, c’est 101 718 permis A qui sont délivrés, dont 11 690 pour les femmes, soit 11,5% des permis.

La progression du nombre de conductrices est constante et les femmes pour la première fois passent les 10% de lauréates au permis (source : PMS).

 

Pourquoi les femmes s’intéressent-t-elles donc aux deux-roues ?

Les raisons de cet engouement féminin pour les deux-roues ne sont pas différentes de celles des hommes. Pour en avoir discuté avec quelques-unes d’entre vous mesdames, vous choisissez la moto d’abord pour la sensation de liberté qu’elle procure, mais aussi pour le partage de bons moments, la découverte de belles régions ou l’ambiance festive lors de rassemblements.

Il faut également reconnaître que c’est parfois le pragmatisme qui l’emporte sur le plaisir. Le déterminant est alors l’aspect utilitaire du deux-roues. Sa capacité à faire gagner du temps dans les déplacements urbains est devenue la principale motivation des acquéreuses de petites cylindrées, y compris et surtout les cyclomoteurs qui ne nécessitent pas le permis A pour leur utilisation.

 

Celles d’entre vous qui passent le permis A sont animées par la volonté de vivre la moto différemment, de façon plus autonome, souvent plus touristique et nature.

Même si cette volonté d’émancipation ne s’inscrit pas sur le terrain idéologique de l’égalité homme / femme, certaines d’entre vous, mesdames, confessent bien volontiers l’envie d’abandonner ce statut d’éternelle et de fidèle passagère qui suit son pilote chéri, comme Lassie chien fidèle, dans les concentrations exclusivement centrées sur la moto.

Enfin, parlons des « back-seateuses ». Ces dernières aiment la moto, même si elles ne sont pas motivées pour passer le permis. Elles cherchent alors simplement un siège arrière pour des promenades occasionnelles ou régulières, sans autre envie que le plaisir de la moto. Ces femmes sont parfois victimes de propositions malhonnêtes de la part des hommes qu’elles sollicitent et qui proposent une selle à dessein. Même si ces cas sont rares, nous ne pouvons les ignorer et nous nous devons de les rappeler car il est indispensable de confronter ces hommes à leur bassesse.

 

Typologie de la catégorie des conductrices

Dans le détail, une étude de TNS Sofres de 2009 intéressant les conducteurs et conductrices de deux-roues motorisés, toutes cylindrées, âgés d’au minimum 15 ans, montre qu’un conducteur de deux-roues sur quatre est une femme qui utilise principalement des cylindrées de 125cc et en dessous. Mieux encore, parmi les femmes titulaires du permis A, gros cube, les 20 à 35 ans circulent majoritairement en roadster 500 / 600cc, accompagnées ou non de leur conjoint. Celui-ci en général préfère prendre sa moto plutôt que de partager la selle en tant que passager, question d’image et de fierté, surtout devant les copains.

Au-delà de 35 ans, l’expérience aidant, les femmes optent pour plus musclé (la moto pas le conducteur) et roulent principalement en custom. Il faut dire qu’on aime aussi les accélérations qui font frissonner.

Ainsi, les plus téméraires peuvent se faire plaisir sur une bécane, avec une assise de hauteur raisonnable optimisant l’équilibre lors des évolutions à basse vitesse et un look esthétique.

Je n’ai rien trouvé de plus précis sur les catégories d’âge des conductrices, sans doute parce qu’il est très impoli de demander son âge à une dame.

Néanmoins, selon mon expérience (de la moto, pas des femmes), il apparait cohérent de penser qu’il n’existe que deux catégories de rideuses. La première catégorie est celle des plus jeunes qui ont le temps de faire de la moto, c’est-à-dire avant de devenir maman. La deuxième catégorie est celle des plus belles, c’est-à-dire celle des mamans dont les enfants sont devenus suffisamment autonomes pour leur laisser la liberté de faire ou de refaire de la moto.

 

La progression continue

Poursuivons notre consultation des statistiques. Selon PMS, 13% de femmes obtiennent le permis A en 2010. Quasiment dix ans plus tard, en 2019, les femmes représentent 30% des candidats au permis A et cela sans compter les permis B circulant sur des cylindrées de 125cc maximum (source : CER). Il ressort qu’environ 50% des conductrices de deux-roues (30% chez les hommes) roulent sur des cylindrées inférieures à 125cc et surtout des scooters.

Mais les femmes ont une utilisation du deux-roues plus utilitaire que celle des hommes. C’est ce qui justifie l’apparition d’un stress important pour des conductrices qui ne viennent pas au deux-roues par plaisir et qui sont confrontées à une circulation particulièrement dense en milieu urbain.

En contrepartie, cette situation les pousse à conduire prudemment, de façon plus respectueuse du code de la route que les hommes. C’est pour cette raison qu’elles représentent un risque accidentogène inférieur à celui généré par les hommes, puisque 89% d’entre-elles n’ont jamais eu d’accident corporel contre 77% chez les hommes.

Des données publiées par la sécurité routière précisent qu’en 2016, à Paris, milieu urbain par excellence, 375 motards ou scootéristes masculins ont blessé un piéton contre seulement 25 femmes.

Sur l’ensemble de l’hexagone, les chiffres sont de 920 hommes pour 60 femmes, soit une proportion à peu près identique.

Néanmoins, il est nécessaire de pondérer les résultats de ce type d’étude en raison de la différence de kilomètres parcourus car les femmes roulent moins que les hommes. Elles parcourent 3500 km en moyenne par an contre 4100 km pour les hommes.

 

Les femmes et la moto aujourd’hui

Exit, les scooters et les cyclomoteurs, intéressons-nous maintenant à la relation qu’entretiennent les femmes titulaires du permis A avec leur deux-roues. Sont-elles toujours victimes de ces idées, aussi tenaces que machistes, qui désignent la moto comme un truc d’homme ? Vu le nombre croissant de queues de cheval qui dépassent des casques lorsque je m’arrête à un feu tricolore, je suis aujourd’hui convaincu de l’obsolescence de cette question.

Quelques explications à cela : les deux-roues ont gagné en légèreté, donc en maniabilité, mais aussi en sécurité et donc en fiabilité, ce qui fait baisser le nombre de femmes réfractaires à leur utilisation.

N’oublions pas non plus, les options techniques facilitatrices, comme par exemple les modes de sélection de vitesses automatiques qui ont fait leur apparition et sont de plus en plus présents sur les motos.

On peut aussi parler du démultiplicateur d’embrayage, qui permet de débrayer sans avoir les avants-bras de Popeye, ou bien de la selle creusée, ou encore du kit de selle surbaissée qui permet de poser les pieds à plat sur le sol pour les petits gabarits.

 

 

Il convient également de rappeler le confort accru et l’esthétique des motos, plus plaisantes dans une robe vintage ou rétro, qui permettent de joindre l’utile à l’agréable.

De plus, après une course effrénée aux gros cubes, les constructeurs reviennent sur les petites et moyennes cylindrées pour cibler les clients de l’utilitaire urbain.

Nous avons déjà vu que les roadsters de moyennes cylindrées étaient les modèles plébiscités par les jeunes femmes.

Dans un autre style, les sportsters de chez Harley Davidson leur plaisent aussi. Mais ils sont aujourd’hui concurrencés sur le segment du custom ou du rétro par des modèles plus récents tels que la Scout de chez Indian ou la V7 de chez Guzzi, qui ont aussi leur part de succès.

 

Les équipements féminins

Que dire des équipements individuels qui ont parfois la vertu d’attirer la gent féminine, tout comme l’inconvénient de la repousser.

Les femmes sont parvenues à faire valoir que leurs atours anatomiques sont aussi des différences qui nécessitent des adaptations de la part des équipementiers. Ces derniers l’ont bien compris et ont flairé une opportunité économique.

Cardy est un précurseur en ce domaine puisque la marque a ouvert une enseigne Lady Cardy, avant que l’épisode Covid ne l’oblige à fermer définitivement ses portes.

Mais les équipementiers doivent encore faire énormément de progrès pour éviter les stéréotypes du style blouson à fleurs, ou du casque rose, ainsi que pour éviter que les femmes insatisfaites des équipements qui leur sont proposés ne viennent fouiner dans les collections hommes.

 

Paroles de motardes

Les femmes se font donc, trop lentement mais très sûrement, une place de plus en plus importante dans le monde de la moto. Néanmoins, elle ne sont pas candides et connaissent parfaitement l’environnement dans lequel elles tentent non pas de s’imposer, mais de trouver la place qu’elles devraient occuper. Certaines d’entre elles témoignent de cette lucidité en quelques paroles bien tournées.

 

Je cite :

- « Je ne suis pas tout à fait d'accord avec certaines féministes qui veulent batailler avec les garçons ».

- « J'ai eu des potes motards machos, de mauvaise foi, et blagueurs, mais je m'étais habituée à leurs railleries ».

- « C'est toujours drôle de partir en balade avec des gars, de savoir (même s'ils ne le disent pas) qu'ils appréhendent de devoir rouler avec une nana, parce qu'ils pensent qu'elle va se traîner ».

- « C'est un monde d'hommes il ne faut pas se leurrer, il existe des c..., comme partout, mais les motards ont un grand coeur, ça leur fait un plaisir fou de rouler avec des nanas, et derrière leurs blagues de caserne, ils nous prennent sous leurs ailes ».

- « La moto c'est avant tout un état d'esprit, une manière de voir le monde, et la meilleure école de la vie que je connaisse ».

- « Le permis, je sais, c'est dur ! Moi-même, je ne comptais plus mes heures de conduite ! Pourtant de nature à baisser rapidement les bras, là j'ai dit non, je continue, je m'accroche, je l'aurai coûte que coûte ».

Ces instantanés montrent que les femmes, à l’instar des hommes, aspirent à parcourir le bitume pour le plaisir d’éprouver cette sensation toujours inassouvie de liberté et pour la convivialité du groupe.

Néanmoins, l’addiction à la vitesse semble moins présente dans les gènes féminins, même si parfois certaines ne peuvent résister à la poussée d’adrénaline engendrée par un pilotage plus engagé.

Mais, les femmes sont confrontées à la difficulté des épreuves du permis de conduire, notamment lors des évolutions à basse vitesse en raison du poids des machines.

En outre, une fois ces difficultés vaincues, elles doivent encore faire face à la propension critique persistante des hommes devant une façon différente d’appréhender la moto, plus sage, plus policée, moins rebelle, en deux mots, plus féminine.

Corinne, motarde de 55 ans, roulant sur un Versys 650 dans toute l’Europe assure avoir été très bien accueillie dans tous les groupes et aussi sur les forums. Un bémol cependant : « ..dans le monde des bikers, les femmes semblent invitées sur la selle du passager plutôt qu’à poser leurs mains sur le guidon ».

C’est peut-être en raison de l’accueil mi-figue, mi-raisin des bikers que des femmes décident de créer leur propre club.

Comme par exemple, Jessica Haggett, à Salt Lake City, avec « The Litas », un club créé dans le but de partager des moments d’aventure, d’amitié et de liberté entre femmes, sur le thème de la moto.

Mais c’est aussi pour militer et contribuer à l’intégration des femmes dans un monde, à l’image de la société française il y a encore peu de temps dans laquelle les femmes pouvaient effectuer des tâches ménagères mais n’avaient pas le droit de voter, donc de décider de leur place et de leur influence dans la cité.

Si certaines d’entre vous mesdames étaient intéressées, vous pourriez aller sur le site de ce club pour y trouver son antenne parisienne ou versaillaise.

 

 

Tout commence souvent aux US, mais en France aussi les initiatives fleurissent pour que les femmes roulent à côté des riders et non dans leur dos.

Une branche de la Fédération des Bikers de France leur est exclusivement dédiée : les Amazones Bikeuses de France.

Ces amazones, pilotes ou passagères, outre le plaisir de la pratique de la moto, ce sont aussi fixées la mission de prouver qu’elles aussi peuvent créer des groupes solidaires.

Ceci pour monter, gérer et développer des événements d’ampleur nationale dans une philosophie toute féminine. Une façon pour ces femmes de légitimer leur statut de bikeuse ou de rideuse parfaitement autonome.

A noter également qu’il existe d’autres clubs féminins comme "Toutes en moto", "Dark Angels" région parisienne ou bien  "Le moto club des filles 63".

 

Approche féminine de la performance

La circonspection masculine sur la capacité des femmes à piloter aurait pourtant du disparaître au regard de ce qu’elles démontrent depuis déjà bien longtemps.

Si vous avez la curiosité d’aller sur le blog "LaBecanerie", vous pourrez y lire un article sur les exploits réalisés par des femmes qui ont inscrit leur nom à jamais sur les tablettes de la performance.

C’est le cas pour la pionnière Anne-France Dautheville qui fait d’abord en 1972 le raid Orion, l’ancêtre des rallyes-raids. Elle gagne l’Iran depuis paris, après un périple de 7000 km dans des conditions très difficiles, parfois même hostiles. L’année suivante, elle fait le tour du monde sur une kawasaki 100cc. Si ces deux rides ne sont pas des exploits !

 

Comment ne pas parler de Stefy Bau ! L'italienne remporte plusieurs fois le championnat féminin de motocross américain entre 1991 et 1998.

Mais sa principale contribution à la reconnaissance des femmes pilotes dans le motocross est de se mesurer avec les hommes lors du Championnat du Monde MX2.

 

Quant à la finlandaise Taru Rinne, elle est la première femme à marquer des points en Grand Prix moto, en 125cc, lors du Grand Prix de France de 1988.

 

Ou bien encore, de la britannique Maria Costello qui est la première femme pilote à monter sur un podium en solo, en catégorie Ultra Lightweight, sur l’Ile de Man, sur l’un des parcours parmi les plus dangereux du monde.

 

 

L’espagnole Ana Carrasco est devenue, en 2018, la première femme à remporter un championnat du monde de vitesse moto, en Supersport 300, dans lequel elle bataille avec, ou plutôt contre, des hommes.

N’oublions pas non plus notre acrobate nationale Sarah Lezito. Considérée comme l’une des meilleures « stunteuses » mondiales, qui fait également des cascades pour le cinéma.

Si vous ne l’aviez pas encore remarqué les « Grid Girls » qui tenaient le parapluie ou l’ombrelle, avant le départ des Grands Prix, sont maintenant derrière le guidon.

Bien sûr, je force volontairement le trait dans le but de faire comprendre que depuis longtemps la maîtrise de la moto permet aux femmes de bien figurer parmi l’élite, parfois même en pole position.

Lors du dernier Bol d'Or de septembre 2019, épreuve d'endurance de 24 heures, il y avait six femmes au départ sur 168 pilotes.

Un équipage entièrement féminin, le « Girls Racing Team », composé de la pilote américaine Melissa Paris, la pilote française Mélodie Coignard et la pilote néerlandaise Jolanda Van Westrenen, a terminé 28ème sur 44 classés et 14ème dans sa catégorie.

Non seulement les femmes savent performer, mais elles managent aussi très bien.

Ainsi, l’allemande Milena Koerner, « team manager » chez MV Agusta en Moto 2, depuis 2017 apporte une touche de féminité (pour ne pas dire de subtilité) sur les paddocks de l’élite sans revendiquer quoi que ce soit.

Consciente de l’absence de représentante féminine dans les championnats en Moto GP, en Moto 2 ou Moto 3, elle se dit prête à aider d'autres femmes à percer dans le milieu. Mais elle écarte cependant l'idée de quotas : « Les pilotes doivent participer à un championnat du monde parce qu'ils sont bons, pas parce que ce sont des femmes ».

Tout comme Maria Herrera la jeune pilote espagnole de chez « Aspar Team » qui est l’unique femme engagée en Coupe du Monde FIM Enel Moto. Elle précise lors d’une conférence sur la place des femmes dans la moto organisée par la FIM en Finlande, ne pas vouloir de championnat réservé aux femmes et dit : « J'ai le même niveau qu'un homme, alors je ne veux pas être dans une course qu'avec des femmes. Toute ma vie, j'ai montré que je pouvais gagner contre des hommes ».

 

La moto, la femme et le monde professionnel

Tout ceci devrait être perçu positivement, mais ce n’est pas forcément le cas, notamment dans le monde du travail. La moto pourrait-elle être un handicap pour la carrière professionnelle des femmes ? Oui, si l’on en croît Pascale Petit, chercheuse au centre d'étude des politiques économiques à l'Université d'Evry.

Elle a transmis à de potentiels employeurs plusieurs centaines de curriculum vitae fictifs, de niveau bac +5, sur lesquels elle faisait état, ou non, du permis moto de catégorie A. Le retour d’expérience est édifiant. Une femme roulant à moto ne reçoit que 7% de réponses favorables, contre 12 % dans la cas contraire. Mais plus édifiant encore, ce qui semble mauvais pour les femmes paraît en revanche bon pour les hommes. Ces derniers bénéficient de 10 % de réponses positives lorsqu’ils sont titulaires du permis moto, contre 9 % pour les non titulaires.

D'après cette étude, les motardes ont donc quasiment deux fois moins de chances de trouver un emploi que les autres. La chercheuse explique qu’être titulaire du permis moto peut paraître une caractéristique masculine, un signe d'indépendance, d'autonomie, ou pire, témoigner d’une forte personnalité visiblement perçue négativement par un recruteur ou une recruteuse, ce qui serait un comble.

Décidément, rien n’est simple pour nos rideuses et nos femmes en général !

 

Quelles motos pour les femmes ?

Faisons abstraction de toutes ces mesquineries auxquelles les femmes sont assujetties depuis des lustres et concentrons-nous pour choisir la bonne moto.

Audrey, du club Les Bikeuses, privilégie les critères suivants quant au choix d’une moto pour les débutantes : la légèreté, le design et la taille basse (la hauteur de selle, pas le jean).

Elle recommande de ne pas hésiter à essayer les modèles et surtout de se poser les bonnes questions notamment sur l’utilisation de sa future acquisition. Pour les raisons qu’elle évoque elle-même, ses choix se portent sur :

- La Yamaha MT 07, de 689 cc, super maniable, avec une position de conduite juste parfaite et qui même en version bridée n’est pas avare en matière de sensations.

- Les Honda CB 500F et CB 650R ont également retenu son attention. La CB 500F pour sa très belle ligne, son moteur et sa maniabilité. La CB 650 R, la petite néo-sport café-racer pour son look à tomber par terre dit-elle et son moteur, une petite bombe !

- Chez Triumph, ce sont la Street Triple 660, la Street Scrambler 900 ou encore la Street Twin 900 et la Bonneville T100 900cc qui l’ont attiré, pour la position de conduite, mais surtout le look.

- L’Indian FTR, mais la version A2, car l’autre vous arrache les bras lors de l’accélération. C’est son look, son caractère sportif tout en étant confortable, avec des finitions au top, qui ont fait pencher la balance.

- Chez Kawasaki, c’est l’ER-6 pour sa maniabilité et sa fiabilité qui emporte la palme. Dommage que sa fabrication soit arrêtée. La Ninja 650 a un look ravageur, une bonne maniabilité et une position de conduite sportive qui est malgré tout confortable. Enfin, la Vulcan S 650 custom plait principalement pour son moteur qui dépote et sa facilité de conduite.

- La BMW G310R, pour les permis A2, avec une prise en main facile, a une position droite et reposante.

- Chez Harley, le Sportster XL 883 Iron plait pour sa facilité de prise en main, sa hauteur de selle (735 mm) et son look. La Sportster Forty-Eight a du succès en raison de sa maniabilité, son ergonomie malgré son poids, ainsi que son couple. Mais là encore, la fabrication des sporsters est arrêtée.

Mesdames, il ne vous reste plus qu’à sortir votre portefeuille avec la communication de ces éléments d’aide à la décision.

 

La conclusion

Je reprends les paroles de Céline, motarde parmi les motards : « ..la note féminine que nous mettons est souvent positive et appréciée. Le secret est peut-être dans un savant dosage où la passion doit primer sur la féminité sans pour autant la supprimer ».

Cette approche me convient parfaitement, je n’aimerais pas voir la sœur de Sylvester Stallone ou d’Arnold Schwarzenegger descendre d’une moto et commander une bière avec une voix sortant du fond de la caverne. Féminines vous êtes mesdames, féminines restez !

Le monde de la moto est progressivement investi par les femmes et rien ne peut inverser cette tendance. Seules les idées préconçues s’élèvent encore contre cette évidence.

Les ressorts de cette féminisation relèvent, à mon sens, davantage de la recherche du plaisir, de l’envie de vivre différemment la moto qu'en tant que passagère, que d’une quelconque idéologie d’émancipation ou d’égalité homme femme, même si cette idée n’est pas à écarter.

De plus, il ne s’agit que d’un début car des facteurs tels que l’adaptation des machines et des équipements, la création de blogs ou de groupes entièrement féminins, les opportunités commerciales pour les acteurs de ce secteur économique, ne peuvent qu’optimiser cette présence.

Et si mesdames vous êtes encore dans l’hésitation, si vous craignez le regard narquois de la gent masculine, vous avez toujours la possibilité d’adhérer à l’un des nombreux groupes régionaux ou internationaux féminins qui fleurissent un peu partout.

Les média favoriseront votre quête et votre recherche pour trouver l’entité dont la philosophie correspond à vos attentes.

Un groupe féminin d’envergure internationale pourrait alors vous accueillir. Il s’agit du World Women's International Motorcycle Association (WIMA) qui a une section française.

L'objectif de WIMA International est d'améliorer et de promouvoir les activités, l'avancement, la bonne volonté et l'amitié parmi les passionnées de moto du monde entier. WIMA vise à utiliser l'intérêt commun de la moto pour promouvoir le bien-être des femmes en général.

L’idéal serait pourtant que toutes ces entités spécifiquement dédiées aux féminines disparaissent. Cela signifierait que les femmes occupent la place qui leur revient dans l’environnement de la moto et qu’il n’est plus nécessaire pour elles de s'appuyer sur de telles structures pour faire valoir ou pour assouvir une passion qui n’est le "pré carré" de personne.

Yfor 2020-12